Xavier Dupont de Ligonnès ne cesse de faire couler de l’encre. Tellement d’encre que les journalistes Béatrice Fonteneau et Jean-Michel Laurence en ont fait un roman. Ce dernier intitulé Sans pitié pour les siens paru chez L’Archipel relaye le témoignage de Brigitte Lamy, procureure de Nantes, au sujet de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. D’après elle, l’homme s’est probablement suicidé après la tuerie.

L’affaire Xavier Dupont de Ligonnès a choqué la France entière

C’était en avril 2011. Bientôt une décennie depuis que la famille Dupont de Ligonnès a été retrouvée assassinée et enterré sous la terrasse de la maison familiale à Nantes. Ainsi, les corps de sa femme Agnès et de ses quatre enfants Arthur, Thomas, Anne et Benoît sont découverts mais pas celui de Xavier, l’époux et père. Très rapidement, les soupçons se sont confirmés au sujet de cet homme qui avaient énormément de soucis financiers. Depuis, il est toujours porté disparu.

Xavier Dupont de Ligonnès, qui fait l’objet d’une enquête dans le magazine Society et qui est au centre d’un documentaire sur Netflix (Unsolved Mysteries), a été vu pour la dernière fois en avril 2011 dans le sud de la France. Et depuis ? Plusieurs signalements mais rien de concret, au point que beaucoup se demandent s’il est toujours en vie ou s’il s’est suicidé peu après la tuerie.

« Mort ou vivant ? »

Dans le livre Sans pitié pour les siens (éditions L’Archipel), les journalistes Béatrice Fonteneau et Jean-Michel Laurence reviennent longuement sur cette histoire et partagent le témoignage de Brigitte Lamy, la procureure de Nantes. A la question « Mort ou vivant », celle-ci confie : « Je pencherais plutôt pour un suicide. Il n’avait pas d’argent pour se payer une cavale. » Et de rappeler : « Dans la dernière vidéo que l’on a le concernant, on voit bien qu’il a un sac qui cache une arme. »

Il existe aussi la piste du complice, d’autant plus que Xavier Dupont de Ligonnès a été vu avec un homme quelques jours après le début de sa cavale. Dans la seconde partie de l’enquête du magazine Society, il est aussi souvent question d’un possible départ par la mer. Alors, mort ou vivant ?