Surnommée la Maison de l’horreur. La demeure où Xavier Dupont de Ligonnès a massacré toute sa famille. Est devenue l’une des bâtisses les plus tristement célèbres de France.

Une maison de Xavier Dupont de Ligonnès maison tristement célèbre

Le 55 boulevard Robert Schuman, à Nantes. A été le théâtre du fait divers le plus connu des dix dernières années en France. C’est entre les murs de cette maison.  Que, dans la nuit du 3 au 4 avril 2011, Xavier Dupont de Ligonnès.  A tué sa femme Agnès Dupont de Ligonnès. Il a tué également leurs enfants Benoît (13 ans), Anne (16 ans) et Arthur (21 ans) d’une balle dans la tête, avant de s’évanouir dans la nature.

Tandis que le père de famille reste à ce jour introuvable malgré des recherches dans le monde entier, la maison devenue scène de crime demeure vide, malgré son positionnement dans un quartier très prisé de la ville.

Estimée à plus de 400 000 euros. La valeur de la maison des Dupont de Ligonnès a été revue à la baisse en 2015. Et ce lorsqu’un couple a fait son achat pour 200.000 d’euros.

Les médias responsables de la difficulté de vente

Remise à la vente en 2019. La maison de 1860 de 100 m2 sur jardin a été rénovée.  « avec goût, salon, séjour, cheminée, sur terrasse et jardin ». Indique l’annonce.

Malheureusement pour les propriétaires actuels. Le sordide passé des lieux a provoqué « des désistements en série », rapporte le quotidien le Monde lors de son entrevue avec le conseiller du réseau Safti Immobilier, Nicolas Retiere.

Obligé par la loi de révéler l’horrible histoire de la maison aux potentiels acheteurs, l’agent immobilier explique : « Un jeune couple avec un enfant s’était positionné pour l’acheter mais, ne se voyant pas lui expliquer toute l’histoire, dont forcément il aurait entendu parler à l’école par ses petits copains, ce couple a renoncé. De notre côté, nous devons dévoiler l’histoire aux clients, envers qui nous avons un devoir de transparence, a fortiori s’ils nous posent la question. Mais, selon moi, les journalistes, en médiatisant indéfiniment les affaires, notamment celle-ci, en se plantant devant la maison pour la photographier, harceler les voisins, sont aussi responsables de la persistance de sa mauvaise réputation ».