Muriel Robin, très investie dans la lutte contre les violences faites aux femmes, veut que le gouvernement s’implique dans son combat. L’humoriste avait d’ailleurs envoyé un courrier à Emmanuel Macron sur ce sujet. Toutefois, son appel est resté sans réponse.

Muriel Robin : « On avance un peu, c’est tout petit »

Voilà maintenant plusieurs années que Muriel Robin affiche publiquement son soutien dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Très impliquée dans ce combat, la comédienne ne cache pas sa déception face au manque de mobilisation de l’État « Je veux leur faire confiance. Mais la mobilisation de l’Etat, je ne la vois pas. La seule à laquelle je crois est celle du peuple » a-t-elle confié dans une interview accordée au Parisien. Mais l’humoriste semble tout bonnement dépassée.

Dépassée par le fait de voir des cas similaires à celui de Jacqueline Sauvage se répéter en France : « Tous me bouleversent, tous me mettent en colère car on se dit à chaque fois que la mort de ces femmes aurait pu être évitée ». Mais la compagne d’Anne Le Nen, le reconnaît, des mesures préventives se créent doucement. Comme celui du bracelet anti-violence conjugales. « On avance un peu, c’est tout petit. Il y a ce qui est dit et ce qui est fait… Et encore beaucoup à faire », admet la star. Raison pour laquelle Muriel Robin n’a pas caché, une fois de plus, sa colère face au manque d’implication de la part du gouvernement.

« Qu’on me dise pourquoi ! »


Muriel Robin prêtera sa voix au documentaire Julie Douib, condamnée à mourir, diffusé jeudi 1er octobre sur RMC Story. Une manière pour l’humoriste d’appuyer son soutien dans la lutte contre le féminicide en France. Un engagement qu’elle a également souligné en adressant un courrier à Emmanuel Macron au mois de juillet dernier. Sauf que ce dernier est resté sans réponse.

« Il ne m’a pas répondu. Cette non-réponse m’a choquée, peinée, déçue » a-t-elle déploré, avouant avoir compté sur sa popularité pour interpeller le chef de l’État. « Où en sommes-nous des centres d’hébergement ? Qu’en est-il des aides financières pour les associations qui se débattent ? Le numéro 3919 est-il au point 24/24 ? S’il faut mettre un an pour mettre les choses en place, qu’on me dise pourquoi ! » a-t-elle regretté en conclusion. Le chemin a parcourir est encore long…