Meghan Markle doit se rendre à l’évidence: traîner les tabloïds britanniques devant les tribunaux se solde rarement par une victoire. La Duchesse de Sussex se retrouve désormais à devoir payer la facture des frais de justice de près de 68,000 livre de ses adversaires.

Rachel Zane contre le Mail on Sunday: 0-1

Dans un article datant de février 2019, le tabloïd britannique, Mail on Sunday, avait publié dans ses pages  des éléments d’une lettre que Meghan Markle avait écrite à son père, Thomas Markle.

La femme du prince Harry avait porté plainte contre Associated Newspaper Limited (ANL), le groupe responsable du Mail on Sunday, poursuivant le journal pour violation de la vie privée et des droits d’auteur.

En mai 2020,  l’honorable juge Mr Justice Warby a considéré certaines demandes de Meghan Markle comme n’étaient pas recevables, attendu notamment que le Mail on Sunday avait « délibérément soulevé » d’autres problèmes entre son père et elle.

Une première bataille judiciaire désastreuse, donc, qui se solde en un échec pour Meghan Markle qui se voir contrainte de payer les frais d’avocats de la partie adverse, soit la coquette somme de 67 888 livres.

Meghan et Harry contre les tabloïds du monde entier.

Le 24 juillet 2020, Meghan Markle et le prince Harry ont déposé une plainte aux Etats-Unis pour harcèlement. En effet, le Duc et la Duchesse de Sussex dénoncent l’utilisation de drônes, au-dessus de leur nouvelle demeure en Californie, qui tentent de prendre en photo leur fils Archie.

Dans la foulé, Meghan Markle et le Prince Harry accusent le tabloïd britannique The Daily Mail leur lieu de résidence aux Etat-Unis. A en croire les Sussex, les informations du Daily Mail sont responsables de la traque acharnée dont ils continuent d’être victimes. En effet, la presse et la paparazzis les poursuivent, même au sein de leur résidence.

Lire aussi : Comment le pauvre Harry aurait été piégé par l’actrice de Suits ?