Marine Le Pen a souhaité le renvoi des mineurs isolés dans leur pays d’origine. Pour cause : la «criminalité du quotidien» qu’ils génèrent à ses yeux et de leur «coût financier exorbitant». La présidente du RN a aussi réclamé de rendre obligatoires les tests osseux pour vérifier l’âge de ces mineurs isolés. Cependant, ce procédé est controversé.

Un discours qui en choque plus d’un

Marine Le Pen considère que les «véritables mineurs isolés n’ont pas à rester sur notre territoire. Ils doivent être « rapatriés dans leur pays d’origine afin d’y être protégés et de retrouver leur foyer ».

Elle a réclamé que soit les tests osseux pour vérifier leur âge soient obligatoires.

«Aujourd’hui, seule la technique des tests osseux permet cette vérification ; elle doit être rendue obligatoire avant toute attribution de ce statut», affirme la députée du Pas-de-Calais, qui compte déposer à cet égard une proposition de loi.

Des propos qui peuvent lui faire marquer des points

« La criminalité du quotidien générée par ces présumés mineurs, qui mène désormais jusqu’au terrorisme, mais aussi le coût financier exorbitant des prestations, montrent les carences et les risques multiples qui pèsent sur la vie des Français du fait des choix politiques des gouvernements successifs », fait valoir Marine Le Pen.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a promis mardi de se pencher sur cette question sensible des mineurs isolés. Elle revient sur le devant de la scène depuis l’attaque au hachoir vendredi à Paris. L’auteur présumé de cette attaque a déclaré mardi avoir en réalité 25 ans et pas 18. «Le préfet du Val-d’Oise et le département», où l’assaillant avait bénéficié d’une aide sociale à l’enfance, «ont fait leur travail, et le test osseux a certes été refusé par le juge, mais il n’est pas à 100% bon», a déclaré M. Darmanin devant l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement.