Marc Dutroux a fait récemment l’objet d’un rapport psychiatrique détaillé. D’après le journal De Morgen, les experts, le monstre de Charleroi est un ‘sadique sexuel » qui ignore être “le détenu le plus détesté du pays”.

« Encore pire que ce que je craignais! »

Les experts ont parlé. Le rapport psychiatrique préliminaire ne devrait pas jouer en sa faveur dans le cadre de la demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux. Pour maître Bruno Dayez, l’avocat , les résultats sont catastrophiques. “Mauvais et même très mauvais pour lui. Encore pire que ce que je craignais!”

Les experts ont eu plusieurs conversations avec Marc Dutroux et voient en lui “un profil psychopathe, avec de l’inflation, de la froideur et du désintérêt pour les autres”. D’après De Morgan le rapport détaille : “Malgré les réfutations de l’intéressé, les experts soutiennent que M. Dutroux présente une paraphilie (anomalie sexuelle, DDC) du type sadisme sexuel (…) M. Dutroux présente un risque important de récidives de délits graves. C’est un risque qui ne diminue pas”.

Marc Dutroux croit fermement à un acquittement au cours d’un nouveau procès


Dans une annexe au rapport, l’expert en psychopathologie liégeois Jérôme Englebert écrit : “Il semble qu’il ne se positionne jamais comme un délinquant, et au mieux comme un exécutant dirigé par quelqu’un d’autre […] Quant à son avenir, la logique de la personne concernée est claire. Il ne souhaite obtenir aucune forme de libération, mais exige la réouverture de son procès. Selon lui, cette dernière conduira inévitablement à un acquittement. Après quoi, il sera libéré par la grande porte. Il semble croire fermement à ce plan”. On rapporte également que le détenu n’est pas conscient d’être “le plus détesté du pays”.

Enfin, le rapport montre que Dutroux voulait un autre avocat. En effet, deux noms sont cités, ceux de Sylvie Noachovitch et Eric Dupond-Moretti.