Une nouvelle tragédie touche Louise Depardieu… Douze ans après le décès de son père, Guillaume, la jeune femme de 19 ans, a perdu sa mère, la comédienne Elise Ventre.

Dans une story postée sur Instagram, la jolie blonde dévoilait : « Maman, aujourd’hui, tu t’es envolée pour me regarder de là-haut, je t’aime, je t’aimais comme je t’ai aimé, je ne cesserai jamais de t’aimer. Ça va être dur la vie sans toi et sans papa, tu ne me facilites pas la tâche mais je sais que tu seras toujours là quoi qu’il arrive. Dieu sait combien nous nous sommes aimées toutes les deux, tu es irremplaçable, tu ne seras jamais oubliée. Tu vivras toujours en moi. » Pour conclure, Louise Depardieu ajoutait : « J’espère que tu veilleras sur moi là-haut, j’espère que je te rendrai fière, j’espère que tu me donneras des signes de ta présence. Je le sais, tu es gravée dans mon coeur. Merci de m’avoir donné la vie. »

Quelques jours, après avoir annoncé le décès de sa mère, la petite-fille de Gérard Depardieu avait partagé une série de clichés vintage de sa mère. En deuil, elle avait alors écrit en légende : « Un autre ange parti trop tôt, une partie de moi s’envole avec toi. » Plus tard, la jolie blonde a révélé à ses abonnés sur Instagram avoir été chez le tatoueur ! Sur une photo, on peut ainsi voir que Louise Depardieu s’est fait tatouer sur le bras : « Fais le tri ». Alors que cela avait interrogé les internautes, la jeune femme avait confié : « Ma mère serait contente, je vous jure ! » Depuis, celle qui souhaite devenir comédienne n’a pas expliqué si cela était sincère ou ironique !

Louise Depardieu a perdu son père à l’âge de 7 ans

Si la jeune femme a vécu de nombreux moments de tendresse avec sa mère, elle n’a gardé que très peu de souvenirs de son père, Guillaume Depardieu. Ce dernier, décédé des suites d’une pneumonie alors qu’elle n’avait que sept ans. En 2016, Louise Depardieu avait confié dans les colonnes de Gala : « Tout est un peu flou. Tout de suite après, j’ai eu souvent la sensation qu’il était là. je me réveillais en sursaut au milieu de la nuit, et je le voyais juste à côté de moi. Je me souviens des câlins, des ‘bonne nuit’, bien sûr, mais ce qui m’a surtout marquée, ce sont des moments assez durs…«