Louis de Funès rapporte, en moyenne, 1,5 million d’euros par an aux films où il tient le premier rôle. Toutefois, ses héritiers de ne touchent pas un centime des fruits du travail de l’acteur.

Un acteur au succès intemporel.

Lorsque les films de Louis de Funès sont diffusés à la télévision, ils enregistrent toujours des records d’audience. Durant le confinement, les téléspectateurs ont d’ailleurs répondu présent en masse devant leur téléviseur.

Ainsi, La Grande Vadrouille a attiré plus de 5 millions de personnes devant leur petit-écran, L’Aile ou la Cuisse a rassemblé 4 millions de personnes, Hibernatus a séduit plus de 2 millions de fans, Oscar a été regardé par 1,3 millions de personnes et La Folie des grandeurs a rassemblé 5,3 millions de Français lors de sa diffusion le 12 avril 2020.

Lors d’une entrevue avec le Figaro en juillet dernier, Juliette Hochart, la directrice du catalogue de Studiocanal et propriétaire de 19 films avec Louis de Funès a déclaré : « Louis de Funès, ça marche toujours, c’est une valeur stable, y compris ailleurs que sur le petit-écran ».

Pourquoi les actionnaires se taillent la plus grande part du gâteau.

Louis de Funès a beau avoir quitté ce monde le 27 janvier 1983, il continuer de divertir les téléspectateurs et pas d’en France. En effet, l’acteur est aussi une « immense star » en Roumanie et en République Tchèque, comme l’explique Jérôme Soulet, le directeur du catalogue Gaumont (qui possède 26 films avec Louis de Funès) : « Ses films rapportent plus de 500.000 euros par an à la Gaumont ».

Tout confondu, les recettes des films avec Louis de Funès s’élèveraient à 1,5 million d’euros par an. Ses héritiers sont la veuve de son aîné Daniel, décédé en 2017, ainsi que ses deux autres fils qui sont Olivier et Patrick. Ils ont une part de droits sur La Soupe aux choux, L’Avare, Hibernatus, Le Grand Restaurateur et Oscar.

Toutefois, les héritiers de l’acteur ne perçoivent rien du pactole principal des rediffusions. La raison ? Louis de Funès n’a jamais été coproducteur de ses films. Ce sont donc les actionnaires de Studiocanal, de TF1, Gaumont et d’autres particuliers dont la succession Gérard Oury qui reçoivent le plus d’argent grâce au travail de l’acteur.