Ce lundi 24/08/2020 au matin, rue de Bassano, une artère perpendiculaire aux Champs-Élysées, une odeur de brûlé flottait toujours. Au moins trois voitures ont été incendiées au cours de la nuit.  Qui a suivi la défaite du PSG en finale de la Ligue des champions. Plusieurs vitrines de magasins ont également été brisées.

Le quartier des Champs-Élysées, une situation inédite !

Après le match, des tensions ont été constatées et des heurts ont eu lieu dans ce secteur. Pourtant interdit et quadrillé par les forces de l’ordre.

«La sirène d’alarme a retenti vers 2h, nous sommes intervenus immédiatement mais la vitrine était déjà comme ça, par terre. Je pense que le patron n’est même pas au courant», nous raconte un agent de sécurité devant une boutique de design. «C’est une honte, 45 minutes que l’on attend les pompiers, il y a 50 enfants dans l’immeuble. Y’en a marre de ce pays qui brûle!», s’est insurgé au cours de la nuit à l’AFP un habitant de la rue dans laquelle une voiture a été incendiée.

Un peu plus loin, rue de Chaillot, Isabelle et Richard Jegado. Ont passé la nuit devant leur ancienne boucherie reconvertie en restaurant-traiteur. «On devait rouvrir ce matin, on a pris qu’une semaine de vacances, ils ont essayé de forcer la vitrine. À l’intérieur, il n’y a rien à part des pommes et des fraises. Ils ont cassé pour casser», nous raconte la propriétaire installée là depuis 1995.

Des commerces et des véhicules complètement dégradés

Dans le quartier, peu avant une heure du matin, des groupes de jeunes continuaient à affronter la police à coups de jets de bouteilles en verre et de tirs de mortiers d’artifice. Les forces de l’ordre ont utilisé gaz lacrymogènes et lanceurs de balle de défense (LBD) pour disperser les foules.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a estimé dès les premiers heurts qu’il s’agissait de «débordements inadmissibles». Puis il a dénoncé «la sauvagerie de certains délinquants». Les forces de l’ordre ont interpellé au champs-Élysées dans  la nuit des dizaines de personnes.  Notamment pour dégradations, violences ou jets de projectiles». Et 151 – dont 49 mineurs – étaient toujours placées en garde à vue lundi matin. Seize agents des forces de l’ordre ont par ailleurs été blessés.

Pour prévenir de nouveaux incidents lors du retour des joueurs parisiens prévu dans lundi après-midi. Le préfet de police Didier Lallement a décidé d’interdire «les défilés et les rassemblements».  Qui sont liés à cette occasion «partout dans la capitale» jusqu’à 06h mardi. En outre, l’ouverture des bars, débits de boisons et restaurants situés dans le secteur du parc des Princes est interdite jusqu’à mardi matin.