Juan Carlos n’est pas au bout de ses soucis. Exilé aux émirats arabes unis après les accusations de fraudes et corruption, le roi émérite est dans le collimateur d’un ancien colonel de l’armée Espagne dans un livre intitulé Juan Carlos : le roi aux 5000 maîtresses.

Juan Carlos, le vrai « Don Juan »

Si la réputation de playboy de l’ancien roi d’Espagne n’est plus à faire, les révélations choc du livre d’Amadeo Martínez Inglés, un ancien colonel à la retraite, montrent toute l’étendue de la débauche de Juan Carlos.
En effet, dans les pages de son livre intitulé Don Juan Carlos : El rey de las cinco mil amantes (en français : Juan Carlos : le roi aux 5000 maîtresses), le colonel retraité révèle que le roi émérite aurait eu 5000 conquêtes.

Amadeo Martínez Inglés, qui n’a jamais caché son animosité envers l’ex chef d’Etat, dit avoir atteint ce chiffre après s’être « plongé dans de vastes documents personnels ». Des dossiers qu’il aurait recueillis au cours de ses 40 années de service, en tant que chef du renseignement et lors de son passage dans l’état-major de l’armée. Dans son ouvrage, il dévoile « la personnalité sinistre et pathologique de l’ancien roi Juan Carlos ». Il va même plus loin en le qualifiant de « prédateur sexuel ».

« Un homme qui ne vit que pour le sexe, au quotidien et à toute heure »

A l’instar de Corinna Larsen, l’ancienne maitresse Juan Carlos dont les confessions scandaleuses ont déclenché l’enquête pour corruption et fraude à l’encontre du roi émérite, l’ancien colonel cite quelques initiales des autres anciennes amantes de l’ancien monarque. Il ne donne pas leurs noms « afin d’empêcher ces dames de profiter de la notoriété que (ses) livres pourraient leur donner » mais aussi sans toute pour s’éviter de se retrouver l’objet de plaintes.

Ainsi, vue le nombre affolant de ses activités extra-conjugales, certaines de ces aventures ont engendré une progéniture illégitime. En effet, d’après Amadeo Martínez Inglés, le monarque aurait eu pas moins de 20 enfants illégitimes ! Des propos appuyés par certaines demandes en reconnaissance de paternité déposées devant les tribunaux espagnols, qui n’ont jamais vraiment abouti.

L’ex militaire ne mâche pas ses mots lorsqu’il dresse le portrait de Juan Carlos dans les pages de son livre, disant de lui que c’est « un homme qui ne vit que pour le sexe, au quotidien et à toute heure, abusant de son statut royal pour que ses sbires royaux lui fournissent des femmes de toutes sortes et de toutes conditions ».