En Turquie, une mère de famille a été emprisonnée pour avoir torturée sa petite fille avec des injections à l’eau de Javel et au savon liquide depuis qu’elle n’avait qu’un mois.

Des sévices ignobles

A Istanbul, en Turquie, une mère de famille du nom d’Elif a été inculpée pour d’horribles actes de torture envers son bébé depuis qu’elle n’était encore qu’un nourrisson.

Lorsqu’elle avait 9 mois, les médecins d’un hôpital de la capitale qui ont contacté la police avoir diagnostiqué l’enfant avec une fracture du crâne et des contusions et des plaies sur tout le corps. La fillette prénommée Eylul avait été amenée d’abord chez un médecin par son père, Eray, parce qu’elle s’était mise à saigner des oreilles et du nombril. Lorsque son état s’est mis à se dégradé, le bébé a été emmené aux urgences à l’hôpital.

D’abord arrêtée et interrogée par les autorités, la mère de l’enfant Elif, a été relâchée, les policers ayant trouvé ses explications convaincantes.

Mais la santé de la petite Eylul ne s’est pas améliorée, loin de là. Lorsqu’elle se retrouve, à l’âge de 18 mois, au service d’urgence de l’hôpital de Kanuni Sultan Suleyman pour la troisième fois avec les mêmes horribles symptômes, les médecins ont refusé de laisser la mère dans la chambre de l’enfant. C’est uniquement à ce moment-là que le bébé a commencé à se remettre de ses maux.

Des aveux terribles

En garde à vue pour la troisième fois, la mère de trois enfants avoue la terrible vérité : elle a commencé à torturer sa fille lorsqu’elle n’était encore âgé que d’un mois. Au procureur à son procès, Elif dit : « Je ne pouvais pas aimer ma fille. Je ne ressentais rien pour elle. J’ai donc décidé de la torturer ».

Elle poursuit : « Depuis l’âge d’un mois, j’ai injecté de l’eau de Javel et du savon liquide dans ses oreilles, son nez, ses veines et son nombril, jusqu’à ce qu’elle commence à saigner.. Puis je l’ai emmenée à l’hôpital pour un traitement. Quand elle est rentrée à la maison, j’ai continué à la torturer. Je lui injectais de l’eau de javel et du savon. Je la coupais aussi avec un rasoir sur la tête, les yeux, les jambes, les bras et la poitrine… »

La fillette vit avec son père et se porte beaucoup mieux désormais.