Chevaux mutilés : Trois nouvelles attaques de juments ont eu lieu ces derniers jours à Saint-Claude, Leschères et Courlans près de Lons-le-Saunier (Jura). Une série qui mobilise les gendarmes. Le mode opératoire est le même et vise les organes sexuels des animaux.

Une attaque de plus. Elle remonterait à la nuit de dimanche à lundi 25 août ou dans la journée de lundi. Les faits ont été découverts vers 22 heures. A Courlans, près de Lons-le-Saunier, une jument a été la cible d’une attaque. Les agresseurs n’ont pas eu le temps de mener à terme leur acte. Du moins c’est qu’a indiqué le procureur de la République du Jura, Lionel Pascal.

Quatre attaques de juments en quelques jours dans le département du Jura

Dans le département du Jura, en 11 jours, quatre juments ont été attaquées. Ce weekend à Ranchette à Saint-Claude et Leschères non loin de là, deux juments ont subi des sevices sexuels. Elles sont blessées mais ont survécu.

Le 14 août , une jument était morte à Thoiria. Aïda, avait été retrouvée mutilée dans un champ. Son œil a été retiré ainsi qu’une châtaigne, une excroissance cornée située en dessous du genou.

Quelques jours plus tôt, c’est en Bourgogne qu’une pouliche a été retrouvée à Cluny en Saône-et-Loire. Elle avait le cœur poignardé, une oreille coupée, un œil et des organes arrachés.

Dans le Jura, le mode opératoire semble être le même, il vise les organes génitaux des chevaux.

La gendarmerie et le procureur de la République prennent les choses en main

Lionel Pascal, procureur de la République du Jura s’est prononcé au sujet de l’affaire des chevaux mutilés : « Il y a un mode opératoire qui semble récurrent et qui se caractérise par la volonté d’infliger des actes cruels à des animaux complètement inoffensifs. Le mode opératoire semble être le même, il vise uniquement les parties génitales des chevaux. Néanmoins, toutes les lésions ne sont pas les mêmes, peut être parce que les auteurs ont pu être gênés et n’ont pas pu mener leur projet à terme »

Les enquêtes sont confiées à la section de recherches de Besançon, les brigades de recherches de Saint-Claude et Lons-le-Saunier en collaboration avec l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP). Pour l’instant, aucun lien n’est fait avec les autres attaques qui ont été signalées ces derniers mois, dans plusieurs autres régions de France. Lundi 24 août, une jument a été découverte morte et mutilée, l’oreille droite coupée, dans un champ près de Mauléon, dans les Deux-Sèvres.