Didier Raoult aurait contacté Brigitte Macron mi-août pour un échange comme il avait déjà fait. En effet, le docteur aurait contacté la première dame pour se plaindre du conseil scientifique.

Didier Raoult et son traitement dont la France ne veut pas entendre parler

En effet, Didier Raoult et la première dame avaient été en contact à plusieurs reprises. Selon le Parisien, le docteur contrarié par ses collègues à propos de l’usage de l’hydroxyde chloroquine pour le traitement du nouveau corona virus est à nouveau rentré en contacte avec Brigitte Macron. Le microbiologiste de Marseille s’est du conseil scientifique qu’il trouve incompétent. Il qualifie le conseil d’être constituer « constitué de personnalités non spécialistes du coronavirus »souligne le magazine.


Le cabinet de la première dame précise de son coté « L’échange portait sur la circulation du virus. En sa qualité de présidente de la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, Brigitte Macron échange régulièrement avec de nombreux professionnels de santé, sur tout le territoire et notamment les territoires les plus impactés. »

Ses proches précisent que la première dame ne cède pas à l’« interventionnisme ». Précisons que Didier Raoult avait déjà échangé avec Brigitte bien avant le déplacement du président à Marseille. Le professeur l’aurait contacté par le biais de Sabrina Agresti Roubache une amie qu’ils auraient en commun. L’échange avec le professeur aurait convaincu la première dame qui incite Emmanuel Macron à prendre contacte avec Didier Raoult qui était mécontent de la nomination de François Delfraissy en tant que président du conseil scientifique.

Le conseil scientifique, ce sujet sensible

« Pour Didier Raoult, ce choix est une claque. Il connaît bien Jean-François Delfraissy, qu’il a fait rentrer au conseil d’administration de l’IHU, mais les deux hommes sont fâchés », selon l’Obs. Malgré son mécontentement, Didier Raoult fait toujours parti du conseil scientifique qu’il dénigre dans Paris Match.: « On ne peut pas mener une guerre avec des gens consensuels. Le consensus, c’est Pétain. Insupportable. On ne peut pas décider de cette manière », a-t’il affirmé.