Alexandra, une femme de 33 a été arrêtée pour le meurtre de son fils de 11 ans, le mois dernier. La mère de famille avait étranglé son fils, ne supportant plus de le voir jouer sur son téléphone portable jusqu’à tard dans la nuit.

Alexandra, la conscience lourde

En mai dernier à Planato, dans l’État du Rio Grande do Sul au Brésil, Alexandra Dougokenski, divorcée et mère de deux enfants a étranglé son fils Rafael, 11 ans, à l’aide d’une corde à linge dans un excès de colère. Apparemment, l’enfant refusait de lâcher son téléphone portable et continuait de jouer dessus durant toute la nuit.

Dans un premier temps, Alexandra Dougokenski avait déclaré aux autorités que son fils s’était enfui du domicile familial après une grosse dispute. Ainsi, en se basant sur ses dires, les enquêteurs ont effectué des recherches aux alentours de la maison et dans une forêt non loin du lieu de résidence de la famille. Des chiens renifleurs ont été amenés sur le terrain afin de traquer la piste de l’enfant.

Ce n’est qu’après 10 jours de recherches infructueuses qu’Alexandra Dougokenski a fini par craquer et avouer son crime odieux. Elle déclare ainsi au policier qu’elle « ne pouvait pas vivre dans le mensonge plus longtemps », et avait besoin « d’enlever ce fardeau » de sa conscience.

Le corps de l’enfant a été retrouvé dans le garage d’un voisin, à 5 km du domicile familial. Il était caché dans une grande boite en carton.

L’ironie du sort

Plusieurs semaines avant le drame, le jeune garçon avait enregistré un poème pour sa mère, dans lequel il lui disait combien il l’aimait. Ainsi, dans son adorable poème, le petit Rafael remerciait sa mère de veiller sur son frère et lui, et déclarait que le sourire de sa maman chérie était « tout » pour lui.